Solifuges


Les solifuges forment un ordre d’Arachnides encore plus caractéristiques du Sahara que celui des scorpions. Il est composé d’une multitude de familles et d’espèces, prospérant sur la plupart des continents hormis l’Australie.

Ils affectionnent de manière très poussée les zones arides et déserts chauds formant ainsi de véritables indicateurs de conditions désertiques. Elles sont proches des araignées, elles ont huit pattes, la tête porte deux yeux rapprochés, et parfois deux autres yeux latéraux en voie de régression. Les chélicères puissants qui entourent la bouche ne sont pas venimeux comme chez l'araignée, ils servent à broyer. Autour des chélicères se trouvent deux palpeurs très longs, les pédipalpes, qui ressemblent à une paire de pattes et sont même plus longs que la première paire de pattes, ils sont terminés par un organe collant qui sert à capturer les proies alors que les pattes vraies sont terminées par une griffe.

Le nom solifuge vient du latin : solis = soleil et fugis = fuir, ce sont des animaux carnivores qui sont très vifs se déplaçant très vite, ils couvrent la nuit une grande distance en courant à la recherche de proies. Quand ils s'attaquent à un scorpion, ils commencent par leur sectionner l'appendice venimeux. Les solifuges broient ensuite complètement leurs proies avec leurs puissants chélicères (appendice buccal) pour en absorber la substance.

Les solifuges creusent des terriers peu profonds mais pouvant faire plusieurs mètres de long où ils restent le jour.

La reproduction a lieu à la saison des pluies, le mâle ne courtise pas la femelle il lui suffit de la toucher avec ses pates, pour qu’elle s’immobilise. Le mâle produit un spermatophore qu'il prend avec ses chélicères pour le déposer dans l'orifice génital de la femelle, puis il part à toute vitesse pour ne pas risquer de se faire dévorer par la femelle. Celle-ci pond ses œufs dans un trou qu'elle creuse et veille sur eux jusqu'à l'éclosion qui peut durer jusqu'à un mois. Le mâle meurt peu après l'accouplement et la femelle six semaines après la ponte. Les jeunes solifuges ne se nourrissent qu'après leur première mue, il leur en faudra neuf pour arriver au stade adulte, ils vivront, solitaires, environ une année.

Les bulletins

    Extra Image

Extra Image

    Extra Image